Kôgô en ivoire, vues d'Ômi et temple Ishiyama

Boîte kôgô ronde en ivoire présentant un décor en shibayama, incrusté de laque or et étain ou argent. Décor lacustre dans deux cartouches sur le côté et le haut du kôgô, entourés de  rinceaux.

Il pourrait s’agir de la représentation de vues d’Ômi, autour du lac Biwa (actuelle préfecture de Shiga). Le temple sur la montagne rocheuse est sûrement le Ishiyama-dera, construit vers 762 ap. J.-C. à Ôtsu. Il fait partie du circuit du pèlerinage du Kansai Kannon. Il est dit que Murasaki Shikibu a commencé à écrire Le Dit du Genji dans ce temple, une nuit de pleine lune en août 1004.

Un kôgô est une boîte à encens utilisée au Japon dans le cadre de la cérémonie du thé.
En terre émaillée, en bois laquée ou en porcelaine blanche, ils représentent souvent des animaux, des plantes ou des figures humaines.
La technique shibayama consiste à incruster dans de l’ivoire de la laque, du bois ou des matériaux ou des pierres précieuses tel que la nacre, l’écaille de tortue, l’or ou l’argent. Elle a été mise au point dans le dernier quart du XVIIIe siècle par Ônoki Senzo, durant l’ère An’ei (1772-1781). C’est un artisan de la ville de Shibayama, dans l’actuelle préfecture de Chiba.

Signature non identifiée : 備??明.

Japon, Ère Meiji (1868-1912)
Hauteur : 4,5 cm – diamètre : 5 cm