Bundaï Ryoshibako Fudebako

Ensemble de bundaï, ryôshibako et fudebako en laque wakasa rose.

Décor en noir composé de plusieurs motifs, récurrents dans la tradition japonaise.
Le motif saya (ou sayagata) est composé de svastikas chinois. Ce symbole, lié au bouddhisme, représente des qualités d’intelligence, de force et de paix. Il est signe de bonne augure.
Le motif de kanoko fait penser aux taches que l’on retrouve sur le dos d’un faon. C’est le seul motif présent à l’intérieur du ryōshibakoet du fudebako en noir sur fond noir.
Le motif de sakura(fleur de cerisier) est emblématique du Japon. Sa floraison sur une courte période marque le début du printemps, et est le symbole de renouveau et du caractère éphémère de la beauté.
Figure également des traces de pinceau de calligraphie, en référence à la fonction des objets.

Le Bundaï est un table basse servant à poser des livres ou des rouleaux et, plus tard, à écrire.
Ryôshibako (boîte à papier à lettre et à documents) rectangulaire avec un couvercle légèrement bombé de type kabusebuta zukuri (couvercle emboîtant)
Fudebako (boîte à pinceaux) de format rectangulaire très resserré dans sa longueur avec deux angles arrondies, couvercle plat.

La laque wakasa (wakasa-nurien japonais) est produite vers la région d’Obama, dans la préfecture de Fukui à partir du début de la période d’Edo (1603-1868). Cette technique dérive du togidashi maki-eet se caractérise par la création de motifs en coquilles d’œuf, de coquillages ou d’aiguilles de pin.

Japon, Ère Taisho (1912-1926)

Bundaï : Hauteur : 12,4 cm – Longueur : 58,2 – Largeur : 34,5 cm
Ryoshibako : Hauteur : 4,6 cm – Longueur : 24 cm – Largeur : 18,6 cm
Fudebako : Hauteur : 2,7 cm – Longueur : 22,2 cm – Largeur : 8,2 cm