Jizaï scolopendre

Jizaï en bronze patiné représentant un scolopendre. Le corps de l’animal est composé de segments articulés donnant une impression de mouvement bien que les pattes soient fixes.

Les Jizai Okimono sont des sculptures réalistes d’animaux, notamment des oiseaux, des poissons, des serpents, des homards, des crabes, des insectes, mais aussi des animaux imaginaires tels que des dragons et des shachi (monstre aquatique similaire au poisson), réalisés à partir de fer, de cuivre, de shibuichi (alliage de cuivre et d’argent), de shakudo (alliage de cuivre et d’or) ou de bronze. Leur corps et leurs membres sont articulés, et peuvent être déplacés comme pour un animal vivant. Ce genre d’okimono (objet décoratif) sont peu connus au Japon parce qu’ils ont surtout été exportés depuis la période Meiji au début de l’ère Showa (fin du XIX° siècle-début du XX° siècle).
Les Jizai Okimono ont commencé à susciter l’intérêt du public japonais en Octobre 1983 lorsque plusieurs modèles ont été présentés lors d’une exposition particulière sur « L’art du métal Japonais » qui s’est tenue au Musée National de Tokyo.
Le terme Jizai (qui signifie littéralement « à son gré ») est apparu publiquement pour la première fois lors de l’exposition spéciale « L’art du métal japonais » concernant les titres des œuvres présentes lors de l’exposition, c’est à dire Jizai okimono du Dragon et Jizai okimono du Faucon.

Les Jizai Okimono commencèrent à être produit à la période Edo, mais aucune information n’est disponible quant à la manière dont ils étaient appelés à l’époque.

Japon, époque Taishô (1912-1926)-début Shôwa (1926-1989)

 Longueur : 16 cm – Largeur : 3,5 cm