Kobako Insectes

Boîte kobako rectangulaire en ivoire avec des incrustations de pierres et de nacre selon la technique shibayama pour représenter les insectes. Conjuguant cette technique et les pattes peintes dans les creux de l’ivoire, les insectes ressortent et sont mis en valeur par des jeux de volumes, de matières et de contrastes. Il y a parmi eux, un grillon, une luciole, une mouche, une libellule, une coccinelle et un papillon.

La technique shibayama consiste à incruster dans de l’ivoire de la laque, du bois ou des matériaux ou des pierres précieuses tel que la nacre, l’écaille de tortue, l’or ou l’argent. Elle a été mise au point dans le dernier quart du XVIIIe siècle par Ônoki Senzo, durant l’ère An’ei (1772-1781). C’est un artisan de la ville de Shibayama, dans l’actuelle préfecture de Chiba.

Les insectes (mushi) occupent une place très importante dans la culture japonaise. La chasse aux insecte est un passe-temps populaire, notamment auprès des enfants. A l’aide de filets et de cages, ils attrapent les cigales, les scarabées et autres insectes pour les observer.  Les mushi peuvent en effet être perçus comme des animaux familiers, jouant un rôle dans l’éducation de l’enfant : celui-ci jouera d’abord avec la coccinelle et progressera au fur et à mesure de son éducation jusqu’à la complexe chasse à la libellule, qui exige un certain savoir-faire.

Japon –Ère Meiji (1868-1912)

Hauteur : 2,2 cm – Largeur : 2,8 cm – Profondeur : 8 cm

VENDU