Netsuke Cigale

Netsuke en ivoire représentant une cigale abura-zemi, pourvu d’incrustations en verre pour les yeux. Signé par Yoshikawa (吉川).

L’abura-zemi est nommée ainsi pour son chant caractéristique –  jin jin jin –  ressemblant au bruit de la friture bouillante (abura signifie « huile » en japonais). Elle est la plus grande des cigales, sa taille pouvant atteindre 40 mm. Après avoir passées deux à trois ans sous terre sous forme de nymphes, les cigales sortent ensuite de terre pour s’accoupler et meurent au bout de quelques semaines. La brièveté de leur existence rappelle aux Japonais la fugacité de leur propre vie, et l’importance d’en profiter.

Les insectes (mushi) occupent une place importante dans la culture japonaise, et les cigales (semi) sont considérées comme un symbole estival, leur chant marquant le début de l’été. La chasse aux insecte est un passe-temps populaire, notamment auprès des enfants. A l’aide de filets et de cages en plastiques, ils attrapent les cigales et les scarabées pour mieux les observer.

Figurine miniature, souvent en bois, en laque ou en ivoire sculpté, le netsuke (根付) est un objet vestimentaire traditionnel japonais. Le kimono n’ayant pas de poches, les objets usuels de la vie quotidienne étaient transportés dans des petites boites dénommées sagemono. Le netsuke servait à maintenir le cordon des inrō ou autres types de sagemono passés à l’obi, la ceinture fermant le kimono. Il connaît un essor important lors de la période Edo.

 

Japon – Ere Meiji (1868 – 1912)

Longueur : 6,2 cm – Largeur : 2,3 cm

VENDU