Netsuke lièvre couché

Netsuke en ivoire d’un lièvre couché, aux pupilles noires incrustées de corne.
Signé sous la patte-arrière droite « ?山 », ?san ?zan ou ?yama. Le premier caractère est peu lisible. Il pourrait peut-être s’agir de 松山 : Shozan ou Matsuyama.

En japonais, le lièvre et le lapin sont désignés par un seul mot : usagi. Le lièvre occupe une place importante dans les légendes et superstitions du Japon. Selon les croyances chinoises, il a une très longue espérance de vie. Il pourrait atteindre un âge fabuleux et devenir bleu à cinq cents ans. Dans l’art de l’Extrême-Orient, il est souvent représenté avec la lune, association qui paraît avoir sa raison d’être dans une ligne imaginaire que l’on veut voir dans cet astre et qui aurait le contour d’un lapin.

L’histoire du lapin blanc d’Inaba est raconté dans le Kojiki, un recueil de mythes sur l’origine du Japon datant de 713.
La divinité Ôkuninushi, descendant de Susanô, doit se rendre dans la province d’Inaba afin de demander la main de la princesse Yagami. Il est accompagné de ses quatre-vingt frères  et en chemin, croise sur une plage un lapin écorché vif.
L’animal raconte qu’il a traversé la mer depuis l’île voisine en montant sur le dos des requins. Il s’est joué d’eux en leur demandant de s’aligner et en sautant sur leur dos, en prétextant les compter pour répondre à une énigme : qui des lapins ou des requins sont les plus nombreux. Arrivé sur le dernier requin, il avoue les avoir trompés et ne pas savoir compter. Celui-ci arrache la peau du lapin, qui réussit à s’enfuir de justesse.
Les frères d’Ôkuninushi conseillent l’animal de se jeter dans la mer et de laisser sécher sa peau au vent pour soigner ses blessures. Mais le sel attaque la chair du lapin, qui, sous les rires des frères, se tord de douleur. Ôkuninushi lui conseille de se plonger dans l’eau d’une source et de se rouler ans du pollen de jonc. Le lapin s’exécute, sa peau guérit et retrouve son pelage blanc. Afin de le remercier, il prédit à la divinité qu’il épousera la princesse Yamagi ; ce qui se réalise.

Japon – ère Meiji (1868-1912)
Hauteur : 2,5 cm – largeur : 2 cm – profondeur : 4,5 cm