Paravent Six Feuilles - Edo

Important paravent à décor peint sur papier. Constitué de six feuilles, il représente des lettrés chinois dans un jardin, promenade à cheval et en charrette, femme jouant avec des enfants.

La scène représentée pourrait être issue des récits 16, 17 et 18 du roman Le Rêve dans le Pavillon Rouge, lorsque la famille Cao – alors au faîte de sa gloire – reçoit l’impériale Compagne Jia. Le faste du palanquin transportant la femme renforce cette hypothèse.

Rédigé par Cao Xueqin (ca.1715-1763 ?) qui prétend n’avoir été qu’un simple réviseur de l’ouvrage, Le Rêve dans le Pavillon Rouge est une des quatre œuvres majeures de la littérature chinoise, retraçant l’ascension, l’apogée puis la chute de la famille Cao. Partiellement autobiographique, le récit est également doté d’une double dimension philosophique et esthétique. La famille de Cao Xueqin a entretenu des liens très étroits avec la maison impériale de la dynastie mandchoue. L’auteur souligne ce fait dans le récit : « Fait unique ils ont reçu quatre fois le cortège impérial[…] L’argent n’en parlons pas. Ce n’était pour eux que fumier et poussière. […] Ils ne faisaient que dépenser en faveur de l’Empereur l’argent de la maison impériale, voilà tout.» La famille connaîtra le déclin lorsque le nouvel empereur Yongzhen, ayant succédé à son père l’empereur Kangxi en assassinant ses frères, destituera et fera saisir tous les biens des Cao qui connaissaient le complot lui ayant permis d’arriver au pouvoir.

C’est à cette période que Cao Xueqin vit le jour.

Les byōbu (paravents japonais faits de plusieurs volets articulés) gagnent en popularité à l’époque Edo grâce à l'intérêt croissant de la population pour l’art et l’artisanat. Ces paravents décorent les maisons des samouraïs et des classes aisées : ils annoncent en effet le rang, la richesse et le pouvoir du propriétaire. Les byōbu se distinguent selon leur nombre de feuilles. Le paravent à six feuilles est appelé le rokkyoku byōbu.L’intérêt croissant pour les byōbu entraîne des changements importants dans leur fabrication : décors faits de feuille d'or et peintures colorées représentant la nature et des scènes de la vie quotidienne.

Japon – Edo (1603 – 1868) - XVIIIème siècle

Hauteur : 1m 86 – Longueur : 6 feuilles, soit 4m 80