Tanuki et son bébé

Sculpture en bois laqué d’un tanuki habillé en pèlerin, portant son bébé dans le dos. Leurs yeux sont en corne. Il a dans la main un tambour de mendiant.

Le tanuki, est une sorte de chien viverrin faisant partie des yôkai (esprits) du folklore japonais. Il est doué de pouvoirs magiques : il peut se métamorphoser et prendre des formes très variées. Cet esprit est symbole de chance et de prospérité. Farceur, il bat avec ses pattes son ventre gonflé en tambour, imitant le son d’un gong de temple ou d’auberge pour égarer les voyageurs attardés dans la nuit. Il est représenté à partir du Moyen Âge sur des emaki (rouleaux peints).

Très populaire, il est présent dans de nombreux contes japonais. Par exemple, le Bunbuku chagama (分福茶釜) raconte l’histoire d’un tanuki jouant avec un moine en se transformant en bouilloire.

Le pèlerinage, véritable travail spirituel, que ce soit en l’honneur de la déesse Kannon divinité bouddhiste de la miséricorde, ou du moine Kukai (Kodo Daishi), fondateur de l’école bouddhiste Shingon, il existerait une centaine de pèlerinages sur l’archipel. Le pèlerin (aruki henro) marche de temple en temple afin de faire des offrandes et des prières avant de recevoir un timbre distinctif. Il transporte initialement un carnet de timbre spécial cependant il n’est pas rare de tamponner directement son manteau. Le plus vieux pèlerinage japonais fut créé par le moine Kûkai en 774-835, il traversa 88 temples sacré à Shikoku.

Le den-den daiko (でんでん太鼓) est un tambourin à pellets japonais. Bien que le mot tambour lui soit rattaché, l’instrument est rarement utilisé comme tel. C’est plutôt un hochet destiné aux petits enfants en vue de les apaiser. Il est également souvent utilisé dans des rituels religieux ou comme bruiteur sur les étals de festival. On le retrouve dans d’autre culture au Tibet, en Mongolie, en Inde, et en Chine.

Signé en-dessous Kokusan (国山).

Japon – Ère Taishô (1912-1926)

Hauteur : 34 cm – Largeur : 12,5 cm – Profondeur : 13 cm

vendu