Tag Archives: 2021-893

Théière en terre cuite émaillée polychrome banko, représentant sur chaque face des masques appartenant au folklore japonais. Anse en vannerie.

Au niveau du bec verseur, Hyottoko, un personnage comique et enfantin. Il est reconnaissable à la forme de sa bouche allongée avec deux points rouges (il souffle le feu avec une pipe), son écharpe blanche à points bleus autour du visage et ses yeux de tailles différentes. Lors de fêtes locales comme à Miyazaki, il apparaît dans les danses traditionnelles dengaku et joue le rôle de clown.
A sa gauche, Okame (aussi appelée Uzume ou Otafuku), divinité de la Gaité et de la Bonne humeur, connue pour apporter la bonne fortune. Elle est figurée souriante avec deux points noirs sur son front.
A la droite de Hyottoko, masque de héros dans le théâtre kabuki. Le maquillage de scène porté par les acteurs est appelé kumadori. Il se caractérise par un teint blanc, des couleurs et des motifs symbolisant des aspects de la personnalité de l’acteur. Le rouge symbolisant la vertu et la puissance, caractérise un puissant héros.
Sur la face arrière, le démon Oni, avec ses cornes et ses dents pointus. Il symbolise l’avidité. Lors de la fête du Setsubun, les gens expulsent la mauvaise fortune et invitent la bonne en lui lançant des haricots.
Couvercle représentant Tengu au visage rouge, avec des yeux effrayants et un long nez. C’est un être mi-dieu, mi-démon issu de la tradition shintoïste, à la capacité de voler. Il est réputé détournant les humains de leur foi bouddhiste.  Selon certaines traditions, il est le protecteur des montagnes. Le masque de Tengu est porté dans de nombreux festivals et utilisé pour décorer les sanctuaires et les temples car ils sont censés les protéger des mauvais esprits et attirer la chance.

La poterie banko est un type de poterie japonaise, à l’atelier homonyme, originaire de Yokkaichi (préfecture de Mie), au centre du Japon. Existant depuis 270 ans, elle a été créée par un riche marchand nommé Nunami Rouzan vers la moitié du XVIIIe siècle. Il était passionné par la Voie du Thé et souhaitait créer sa propre poterie pour la dédier à cette passion. Le nom banko vient de l’expression « bankofueki », dont il estampillait chacune de ses créations, et qui signifie « constance et éternité ». Avec cette signature, il espérait que ses créations seraient appréciées sur de nombreuses générations. Cependant, son art est reconnu longtemps après sa mort ; son atelier perdure néanmoins. A partir de la fin du XIXe siècle et surtout au début du XXe siècle, des poteries banko plutôt grotesques sont diffusées en Occident grâce au magasin A. A. Vantine’s. Il était situé sur la 5ème avenue de New-York et spécialisé dans les objets d’Orient et d’Extrême-Orient.

Sceau dessous la théière : « 萬古 »,banko

Exemplaire similaire conservé au Musée municipal de Yokkaichi.

Japon, Yokkaichi (préfecture de Mie) – Ère Taishô (1912-1926)
Hauteur 14 cm (avec anse, 24 cm) – Longueur 16 cm (bec verseur inclus) – Largeur 13 cm