Crapaud en bois

Okimono en bois sculpté représentant le crapaud lunaire, il est taillé dans un rhizome de bambou.

Chan Chu, le crapaud à trois pattes est mentionné dans les « Chants de Chu » par le poète Qu Yuan. Il compare la lune à un crapaud au corps arrondi, dont les trois pattes représentent les trois phases lunaires.

D’après certains auteurs, le crapaud sur la lune n’est autre que la belle Chang-e, transformée en amphibien par Xiwangmu, la reine du Palais Occidental, pour se venger du vol des herbes d’immortalité. Autrefois la plus belle femme du monde, elle serait désormais condamnée à vivre loin des hommes, pilant jour après jour le remède d’éternité, l’élixir de la vie éternelle.

Selon une autre légende, le batracien est le compagnon du sorcier et alchimiste Liu Hai Chan, un patronyme traduisible par « Crapaud Marin », un des Huit Immortels de la mythologie chinoise. Son surnom lui viendrait d’une histoire intitulée « Liu Hai Chan tente le crapaud » où il capture un génie crapaud cupide à trois pattes caché au fond d’un puits ou d’un étang, à l’aide d’une ligature de pièces servant d’appât.

Quelles que soient les circonstances de leur rencontre, Chan Chu et Liu Hai semblent se lier rapidement d’amitié, et décident de parcourir ensemble le monde, selon un arrangement relativement inhabituel, puisque le crapaud sert de tapis volant à son maître.
Japon, époque Showa (1926-1989).
Hauteur :  6 cm – Longueur :  9 cm

VENDU